Animation de chargement
Le port du masque est obligatoire sur tous les sites et équipements de l'agglomération, clos ou en extérieur. Merci

Biodiversité

L’eau dans notre environnement

De l'armor à l'argoat

Qualité de l’eau et des milieux aquatiques

Dans le cadre de sa politique Eau, Guingamp-Paimpol Agglomération, consciente de l’importance de la préservation et de la restauration de la qualité de l’eau, intervient sur le territoire pour accompagner et conseiller au mieux les différents publics….

  • Mise en place ou financement d’actions d’accompagnement des particuliers ou des professionnels (agriculteurs, communes)
  • Protection et restauration d’espaces naturels (bocage, cours d’eau, zones humides, Natura 2000, etc.)
  • Réalisation de travaux sur les réseaux de collecte d’eaux usées, de stations de traitement

dans le cadre des recommandations des SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) qui couvrent le territoire : Argoat-Trégor-Goëlo (bassins versants du Leff, Trieux, Jaudy-Guindy-Bizien, ruisseaux côtiers de Plouézec à Plourivo), Baie de Lannion (bassin versant du Léguer), SAGE Aulne (bassins versants de l’Aulne et de l’Hyères), SAGE Blavet (bassin versant du Haut Blavet).

A noter : Le SAGE décline à l’échelle d’un bassin versant des orientations en matière de qualité de l’eau et des milieux aquatiques, de prélèvements d’eau dans les cours d’eau ou dans les ressources souterraines…, que les collectivités locales doivent mettre en œuvre.
Il est élaboré par une Commission locale de l’eau (CLE) qui comprend des représentants de l’État, des collectivités locales et des usagers (associations de consommateurs, et/ou de protection de l’environnement, de pêche, kayakistes, riverains…).

Pour l’ensemble de ses actions, l’Agglomération est accompagnée et soutenue financièrement par le Conseil Régional de Bretagne, le Conseil Départemental des Côtes d’Armor, l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne. Elle bénéficie également de fonds européens.

Gestion des milieux aquatiques

Dans le cadre de la gestion des cours d’eau et des zones humides (milieux aquatiques), l’agglomération réalise :

  • des travaux d’entretien des cours d’eau :
    • Aménagement ou suppression d’obstacles dans les rivières pour permettre une meilleure circulation de l’eau et des poissons,
    • Entretien des berges en partenariat avec les associations de pêche locale,
    • Enlèvement d’encombres (essentiellement chutes d’arbres) dans les cours d’eau principaux
  • Des inventaires de zones humides et de cours d’eau

Paysage de champs, vergers, prés enclos par des levées de terre portant des haies ou des rangées d’arbres qui marquent les limites de parcelles, le bocage joue un rôle important dans la protection des sols et des cultures :

  • Faciliter l’infiltration des eaux de ruissellement dans le sol
  • Protéger les réseaux de fossés et les cours d’eau contre les transferts de divers polluants
  • Lutter contre l’érosion des terres
  • Produire du bois (chauffage et construction), des fruits
  • Contribuer à l’agriculture (brise-vent, insectes auxiliaires, apport de matières organiques…)
  • Favoriser la biodiversité
  • Préserver le patrimoine paysager

Guingamp-Paimpol Agglomération met en place plusieurs actions :

  • Réhabilitation du bocage : réalisation de travaux sur les parcelles des exploitants agricoles (avec leur accord et financés en grande partie par l’agglomération)
  • Conseil aux agriculteurs et aux communes (à l’échelle d’une haie ou sur la totalité de l’exploitation) avec notamment la mise en place d’un « Plan de Gestion du Bocage » (état des lieux des haies, classification en fonction du degré d’intervention, calendrier de coupes, types de travaux à réaliser, etc.)
  • Valorisation de la filière locale bois-énergie : partenariat avec la SCIC (sociétét coopérative d’intérêt collectif) « Bocagénèse » et avec l’association régionale « AILE »
  • Intégration de la trame bocagère du territoire dans le PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal) en cours d’élaboration afin de protéger le maillage bocager.

Vers un entretien naturel des espaces publics

La loi Labbé, du 6 février 2014, vise à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national.

En effet, depuis le 1er janvier 2017, les collectivités locales (dont les communes) n’ont plus le droit de traiter chimiquement une grande partie des espaces publics. Seuls les cimetières sans vocation touristique et les terrains de sport clos sans accès libre au public peuvent encore faire l’objet d’un traitement chimique.

Et depuis le 1er janvier 2019, les produits chimiques de traitement sont interdits de vente, de détention et d’utilisation aux particuliers.

La charte communale pour la gestion durable de l’eau

Le programme d’actions visant à restaurer et préserver la qualité de l’eau et des milieux naturels, mené par Guingamp-Paimpol Agglomération à destination des communes passe par un outil principal : la Charte communale pour une gestion durable de l’eau.

La charte comprend trois volets :

  • l’entretien des espaces communaux (lié aux pratiques de désherbage, charte d’entretien des espaces des collectivités de la Région Bretagne, charte « zéro phyto »),
  • la gestion des milieux naturels dont les communes a la charge (zones humides, fossés, bocage, invasives…)
  • la gestion durable de l’eau (dans les bâtiments, dans les espaces verts, arrosage, en terme de gestion des déchets, l’usage de produits d’entretien écologiques)

Une évaluation biennale est réalisée.

Le résultat permet de classer les communes en fonction (pour le volet 1 : niveau 0 à 5, 5 = zéro phyto), notamment de la suppression de l’utilisation des pesticides (produits phytosanitaires).

La gestion et l’entretien des espaces publics de manière durable et sans impact pour la qualité de notre environnement passe par différentes voies.

Repenser la relation au végétal dans l’espace urbanisé

L’acceptation de la végétation spontanée est la solution la plus simple pour limiter le désherbage. Il est important d’effectuer un travail de sensibilisation auprès des particuliers. Cela peut aussi passer par la végétalisation, fleurissement, des pieds de murs dans les secteurs urbanisés.

Les matériels et techniques de désherbages

Il existe de nombreuses techniques de désherbage alternatif au traitement chimique : manuel, mécanique ou thermique. Mais ces techniques sont souvent pénibles (manuel) ou alors consommatrices d’énergie avec un impact non négligeable sur l’environnement.

Le choix du type d’aménagement des zones urbanisées est donc un facteur primordial pour limiter les contraintes d’entretien ensuite. Un aménagement urbain « bien pensé » doit permettre de limiter au strict minimum les besoins d’entretien ultérieur, dont le désherbage.

Démarche régionale Entretenir Au Naturel

Avec la démarche régionale « Entretenir au Naturel », en plus de l’accompagnement des communes, un travail partenarial a été réalisé avec les distributeurs de produits phytosanitaires (désherbants…) du territoire pour que l’information sur les pesticides et sur les changements de pratiques apparaisse plus clairement dans les lieux de vente. Un travail a été également engagé auprès des paysagistes intervenants chez les particuliers, pour l’entretien et l’aménagement des jardins privés.

Les Côtes d’Armor sont belles, jardinons au naturel !

En 2015, le Conseil Départemental des Côtes d’Armor a fait évoluer le concours de fleurissement destinés aux communes, qui existe depuis des décennies.

Le concours a été remplacé par un accompagnement technique des communes, pour les aider, notamment, à renforcer le lien social et à développer le jardinage au naturel. L’Agglomération apporte son appui technique pour la promotion départementale d’un embellissement respectueux de l’eau et de l’environnement (participation aux comités départementaux, aux actions de sensibilisation, aux visites communales et rencontres techniques départementales).